Un webinaire d’affaires en l’honneur de l’entrepreneuriat franco-estonien [et]

Porté par l’esprit du centenaire des relations diplomatiques entre la France et l’Estonie, le 6 avril dernier s’est vu marqué par la tenue d’un webinaire franco-estonien. Avec pour titre « Le partenariat public-privé dans le futur de la numérisation - opportunités pour une coopération Franco-Estonienne », celui-ci ambitionnait d’intensifier les relations entre les acteurs français et estoniens impliqués dans le domaine du numérique.

Fort de la participation de plus de 40 entreprises, il s’agissait non seulement de dresser l’état de la numérisation des services publics mise en place par chaque pays, mais aussi des partenariats numériques extra européens, notamment en Afrique, ainsi que d’esquisser des perspectives de coopération future.

Estoniens et Français au rendez-vous pour la coopération numérique

Issues d’institutions publiques ou d’entreprises privées françaises et estoniennes, sept personnalités ont contribué à ces échanges. Témoignant de l’importance de cet événement, le webinaire a été inauguré par les discours des ministres, M. Andres Sutt (ministre de l’Entrepreneuriat et des Technologies de l’information) et M. Franck Riester (ministre délégué au Commerce extérieur et à l’Attractivité auprès du gouvernement français). Par la suite, la modération des échanges était effectuée par M. Philippe Gautier, directeur du MEDEF International.

Parmi les participants estoniens se trouvaient ; M. Arto Aas, directeur de la Confédération des employeurs d’Estonie, M. Siim Sikkut, directeur de l’information auprès du gouvernement estonien, M. Oliver Väärtnõu, directeur de Cybernetica et M. Aimo Kõva, responsable du développement commercial chez Datel. Leurs enrichissantes interventions se sont concentrées sur la stratégie numérique estonienne et le développement du numérique en Afrique.

Du côté français, les interventions de Mme Laure Lucchesi, directrice d’Etalab, M. Lionel Baraban, directeur de Famoco et Mme Stéphanie de Labriolle, responsable des affaires publiques et des relations internationales pour Secure Identity Alliance, visaient à présenter l’action de leur structure respective dans le domaine du numérique.

De riches interventions sur les expériences françaises et estoniennes

Concernant les opportunités de coopération, M. Aas a souligné que malgré les différences fondamentales que présentent nos deux pays, il existe une certaine complémentarité sur le plan numérique. Ce faisant, les opportunités sont donc nombreuses, tant sur le plan bilatéral qu’au niveau de l’Union européenne. Selon M. Aas, la transformation numérique permet en outre de réduire les distances entre les acteurs, mais c’est un domaine dans lequel la proactivité est nécessaire.

En matière de numérisation des services publics, Mme Lucchesi a eu l’occasion de présenter le travail d’Etalab. Elle a développé les trois grandes actions qui visent à accompagner la transformation numérique des administrations publiques françaises grâce à la culture d’innovation dans le service public, l’accessibilité des données, mais également grâce à une coopération facilitée entre le secteur public et le secteur privé. De son côté, M. Sikkut s’est remémoré la construction de l’État numérique estonien avant d’annoncer une nouvelle stratégie estonienne en matière de cybersécurité. Par ailleurs, il a souligné le fait que le modèle estonien inspire et s’exporte, notamment en Afrique, où le Botswana, le Kenya et la Côte-d’Ivoire utilisent des technologies estoniennes.

Enfin, une troisième partie a permis d’ouvrir la discussion sur le continent africain. M. Baraban a rappelé que l’Afrique repose grandement sur les technologies mobiles (97% des connexions internet se font depuis un téléphone portable). Toutefois, il existe un risque important de fuite de données. Il a donc présenté l’action de Famoco qui permet d’offrir une numérisation des transactions de manière sécurisée. À son tour, Mme de Labriolle a décrit l’action de la Secure Identity, travaillant en collaboration avec l’e-governance Academy d’Estonie. Ensuite, Mme de Labriolle s’est penchée sur le rôle que joue la SIA en Afrique avec son programme OSIA qui regroupe dix-neuf entreprises et quinze États africains. Enfin, M. Väärtnõu et M. Kõva ont comparé les expériences de leur entreprise respective en Afrique. D’une part, Cybernetica a développé trois partenariats avec des gouvernements africains, favorisant la mise en place d’une technologie similaire au X-Road en Namibie, en Tunisie et au Bénin. Du côté de Datel, l’Afrique n’a pas offert les mêmes opportunités : M. Kõva explique ainsi qu’il est nécessaire d’avoir de bons partenaires locaux pour collaborer. À ce titre, il souligne qu‘une coopération avec les entreprises françaises pourrait être une bonne solution pour le développement des entreprises estoniennes en Afrique.

Tour d’horizon avant une visite en Estonie

Véritable tour d’horizon du développement en matière du numérique dans nos deux pays, ce webinaire pose les jalons de demain vers une coopération franco-estonienne renforcée. Construit comme un lieu d’échange, les nombreuses interactions aussi bien entre acteurs privés qu’avec les acteurs publics préparent déjà le terrain de la visite, courant 2021, d’une délégation d’entrepreneurs français en Estonie.

L’organisation du webinaire a été rendue possible en partenariat avec l’Ambassade d’Estonie en France, le MEDEF International, le Ministère des Affaires étrangères estonien, la Confédération estonienne des Employeurs et Entreprises Estonia.

Dernière modification : 13/04/2021

Haut de page