Signature de l’Accord ITER sur la création d’un réacteur thérmonucléaire de fusion contrôlée (28/11/2006)

L’Accord instituant ITER a été signé le 21 novembre 2006 à Paris, par les représentants des sept parties à l’accord : la Commission européenne pour Euratom, la Chine, la Corée du Sud, les Etats-Unis, l’Inde, le Japon et la Russie.

Cet accord autorise le démarrage effectif du plus important programme international de recherche scientifique pour les trente prochaines années. Le budget d’ITER sur trente ans est estimé à 10 milliards d’euros.

Le programme prévoit la construction puis l’exploitation du réacteur thermonucléaire international ITER, à Cadarache, dans les Bouches-du-Rhône, site retenu en juin 2005 par les parties prenantes.ITER vise à mieux comprendre et maîtriser les phénomènes de la fusion thermonucléaire contrôlée, de façon à disposer, à l’horizon 2050-2080, d’une ressource énergétique virtuellement inépuisable.

Cette cérémonie s’est déroulée au Palais de l’Elysée, à l’invitation de M. Jacques Chirac, président de la République. La France a soutenu dès l’origine cette grande ambition scientifique. M. José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, qui est également président d’Euratom, participait à cette manifestation.

Depuis plus de 30 ans, l’Europe a porté et soutenu les programmes de recherche sur la fusion nucléaire. L’installation à Cadarache d’ITER et la dimension de coopération internationale du projet résultent en grande partie de cet engagement européen. Etaient également présents des représentants de niveau ministériel des six autres parties conduiront les délégations officielles : M. Xu, ministre de la science et de la technologie pour la Chine., M. Kim Woo-sik, vice premier ministre coréen pour les sciences et les technologies., M. Kakodkar, président de la Commission indienne pour l’énergie nucléaire., M. Orbach, sous-secrétaire d’Etat au Département américain de l’énergie., M. Iwaya, premier vice-ministre japonais des Affaires étrangères, et M. Travine, directeur adjoint de l’Agence de l’énergie nucléaire russe. Tous les Etats membres de l’Union européenne, ainsi que la Suisse, associée au projet, étaient également représentés à la signature.Le projet ITER est d’un intérêt stratégique majeur pour le rayonnement scientifique de la recherche européenne et française, grâce, notamment, à la présence d’une équipe d’environ 1000 scientifiques de très haut niveau qui seront installés sur le site de Cadarache.

(28 novembre 2006)

Dernière modification : 19/11/2008

Haut de page