Interview du lieutenant-colonel Soulé Moustapha, militaire français de la NFIU d’Estonie

- Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est la « NFIU d’Estonie » ?

Le NFIU EST signifie « Nato Force Integration Unit ». Il s’agit d’une formation multinationale en charge de préparer l’arrivée d’unités de l’OTAN en Estonie. Elle comprend 41 personnels provenant de 10 nations différentes. Il s’agit d’une formation multinationale en charge de préparer une arrivée éventuelle d’unités de l’OTAN en Estonie : si des soldats de l’OTAN sont déployés en Estonie pour quelque raison que ce soit, nous devons être capables de les accueillir et de faire le lien avec la nation hôte. Pour cela, nous devons parfaitement connaitre le pays, ses capacités, ses possibilités et surtout établir des relations avec les autorités locales. Notre autorité directe est l’état-major multinational qui se trouve en Pologne (Szczecin). Enfin, nous entretenons au quotidien des liens très étroits avec les forces armées estoniennes. Nous avons aussi des contacts avec les autres NFIU des Pays baltes à travers des réunions, des visites et des exercices. Le NFIU est une unité nouvelle qui a été déclarée apte le 13 juin 2016 par les autorités estoniennes et qui désormais se concentre sur ses missions.

- Vous-même, d’où venez-vous et quel rôle jouez-vous au sein de cette structure ?

Je suis originaire du Benin et j’ai une longue carrière à l’étranger derrière moi. En effet j’ai essentiellement servi en Allemagne mais je viens d’Italie car auparavant je servais à Naples Joint Force Command. J’avais la fonction de chef de cabinet de l’autorité française en charge des opérations. Au sein du NFIU, le suis le chef du bureau logistique. Je dirige une équipe de 10 personnels qui viennent de 5 différentes nations. Notre mission est essentielle dans la mesure où la logistique est un domaine particulièrement primordial et important pour les troupes. En cas de déploiement nous devons être capable d’accueillir toutes les forces à leur arrivée (au port ou à l’aéroport), de leur fournir des moyens d’hébergement, d’alimentation et de soutien jusqu’à ce qu’ils aillent sur les lieux de leur mission. Cela nécessite une grande préparation, de la souplesse et surtout une connaissance parfaite de la nation hôte. C’est pour cela que nous travaillons en liaison étroite avec les différents organismes. Ma fonction est très intéressante car la logistique est le volet clef du NFIU j’ai un rôle de coordination et je suis au cœur du soutien des formations.

- Comment avez-vous été accueilli en Estonie ?

Lorsque vous dites aux gens que vous allez en Estonie, vous lisez sur leur visage qu’ils sont stupéfaits car ils imaginent que vous allez au pôle Nord et ils s’étonnent d’un tel choix. La première chose qui leur vient à l’idée c’est le froid avec des températures extrêmes. Parfois ils n’en reviennent pas. En choisissant de venir en Estonie, je savais ce qui m’attendait et je ne suis absolument pas déçu.

L’accueil a été remarquable dans tous les domaines. Force est de constater que les autorités font le maximum pour accueillir leurs hôtes dans de bonnes conditions. Malgré certaines exigences de ma part pour le logement, les choses se sont très bien passées et j’ai eu un appartement dans les temps. Contrairement à beaucoup d’autres pays, les démarches administratives sont relativement simples en Estonie. A mon arrivée tout était prévu et une dizaine de jours plus tard, j’étais en règle et j’avais accès à toutes les facilités sans problème. Dans la vie de tous les jours, il n’y a pas vraiment d’obstacle car les Estoniens parlent tous anglais et nous trouvons de tout. On sent la encore qu’il y a une volonté de bien accueillir les personnes venant d’ailleurs afin de leur faciliter les choses. J’ai aussi senti cette atmosphère chaleureuse au sein du NFIU. Chaque étranger est un cas diffèrent mais on a le sentiment que tout est pris en considéré pour étudier chaque cas. J’ai donc été très bien accueilli et je me sens désormais parfaitement intégré. Je n’ai pas encore bien visité les charmes de la région mais j’ai l’intention de le faire car je suis persuadé qu’il y a beaucoup de choses à découvrir.

Enfin, j’espère pouvoir apprendre l’estonien ; ce qui relève d’un véritable challenge que je souhaiterai relever.

JPEG

Dernière modification : 06/07/2016

Haut de page