Coopération économique

L’Estonie en bref :

JPEG

  • Avec 1,3 millions d’habitants, l’Estonie est le quatrième plus petit pays de l’Union Européenne derrière Malte, le Luxembourg et Chypres.
  • En 2015, le PIB estonien s’élevait à 20,46 milliards d’euros.
  • La superficie de l’Estonie est de 45 227 km², soit environ l’équivalent de la région Bourgogne-Franche-Comté. Le pays est voisin de la Finlande, la Suède, la Lettonie et la Russie.
  • 50% du territoire de l’Estonie est couvert de forêts.
  • Le climat estonien est humide et tempéré.
  • 30% des Estoniens vivent dans la capitale, Tallinn.
  • L’Estonie fait partie des pays les moins densément peuplés au monde.
  • A travers les siècles, l’Estonie a été successivement sous domination danoise, teutonique, suédoise et russe.
  • L’estonien fait partie du groupe des langues finno-ougriennes et partage des similitudes avec le finnois.
  • L’Estonie a rejoint l’Union Européenne le 1er mai 2004. Elle fait partie de l’espace Schengen depuis le 21 décembre 2007, et a adopté la monnaie unique au premier janvier 2011.
  • L’Estonie réalise environ 80% de son commerce extérieur à l’Union Européenne.

Business et économie :

L’Estonie est un petit pays situé au cœur de la région de la mer Baltique – un marché de 90 million de consommateurs. Au carrefour entre l’Est et l’Ouest, le pays possède un environnement propice aux affaires offrant une stabilité politique et institutionnelle, une politique économique libérale et un coût de la vie modéré.

Elle est à ce jour le seul pays issu de l’éclatement de l’Union soviétique à avoir été invité à rejoindre l’OCDE. L’adhésion, actée le 10 mai 2010 et intervenue officiellement le 9 décembre 2010, a couronné un processus de transformation vers un modèle d’économie de marché remarquable, souvent considéré comme l’un des plus aboutis parmi les pays en transition.

L’Estonie est aussi, parmi les pays dits d’Europe de l’est, le pays le plus ouvert aux investissements directs étrangers. Les IDE, principalement suédois (25,1% du total) et finlandais (22,6%) représentaient 84,70% du PIB en 2015. Ces chiffres traduisent la parfaite insertion de l’Estonie dans un circuit nordique de production, au sein duquel les filiales estoniennes assurent souvent une fonction de sous-traitance pour des maisons-mères nordiques.

L’économie estonienne se caractérise également par la très grande qualité de ses finances publiques, les plus solides de l’ensemble de l’Union européenne. Sa dette publique (9,7% du PIB fin 2015) est la plus faible d’Europe, et son déficit public consolidé n’a jamais franchi la limite des 3%, même pendant la très grave crise traversée en 2008 et 2009 (récession cumulée de 18,3%). En 2010, l’Estonie est le seul pays de l’Union à avoir affiché un solde public consolidé légèrement positif (0,13% du PIB). Ces résultats remarquables ont permis à l’Estonie d’intégrer la zone euro le 1er janvier 2011.

La législation fiscale favorable aux entreprises et de nombreuses initiatives gouvernementales ont permis de créer un environnement propice au développement de startups. Pays d’origine de Skype, l’Estonie est particulièrement avancée dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. Le concept de l’e-Residency créé en 2014 permet aux personnes ne résidant pas physiquement en Estonie, ou ne disposant pas de la nationalité estonienne, d’accéder aux e-services estoniens (système d’authentification en ligne et signature électronique, possibilité de créer une entreprise estonienne en ligne et de l’administrer depuis l’étranger, services bancaires en ligne, déclarations d’impôts en ligne). A l’occasion des élections législatives de mars 2015, le vote par internet a été utilisé par plus de 30% des votants.
Les liens entre l’Estonie et la France se sont considérablement renforcés au cours des dernières années, notamment dans le domaine stratégique de l’énergie et de l’environnement. En 2010, année exceptionnelle à bien des égards, les grands contrats remportés en Estonie par nos entreprises ont représenté quasiment 8% du PIB du pays, ce qui constitue un record. Dans une tendance de baisse amorcée en 2012, le solde commercial s’est toutefois révélé déficitaire pour la France pour la première fois en 2015 à hauteur de 35 millions d’euros. La France est ainsi le 15ème fournisseur de l’Estonie, et son 13ème client.

Liens utiles :
- Institut estonien des statistiques : http://www.stat.ee/en
- Banque d’Estonie : http://www.eestipank.ee/en
- Ministère de l’Economie et des communications : www.mkm.ee
- Actualité de l’Estonie : http://news.err.ee

Pour plus d’informations sur les relations économiques franco-estoniennes, contactez le service économique de l’ambassade.

Dernière modification : 07/11/2017

Haut de page